EDYA BLOG

Savez-vous que tout bâtiment récent
sera emboué dans les 5 ans ?

4 octobre 2021 | désembouage

Pompe à chaleur ou chaudière à condensation sont aujourd’hui des équipements incontournables
et très performants ... mais aussi très sensibles à la prolifération d’un nouveau type de boues :
les boues organiques.


En effet, leur fonctionnement à basse température associé à l’utilisation massive de canalisations en polyéthylène ont une incidence lourde sur la qualité de l'eau :

  • Là où une chaudière d’ancienne génération contenait de gros volumes d’eau, la nouvelle possède des passages d’eau très optimisés, donc étroits (échangeurs à plaques), qui ne supportent pas une qualité d’eau dégradée : ils se bouchent très rapidement, ce qui entraine la panne.

  • Le fonctionnement à des régimes de température < 55°C favorise le développement rapide des boues organiques, correspondant à un développement bactérien.


  • Les boues organiques, un casse-tête à traiter !


    En effet, les boues ont évolué mais pas les traitements, ni les habitudes :


  • Un simple rinçage ne résoudra rien, car un circuit de chauffage qui s’est emboué une fois va s’embouer à nouveau, les mêmes causes produisant les mêmes effets, à la même cadence.

  • Pas question de faire appel à un inhibiteur de corrosion, il n’élimine pas les bactéries.

  • Un pot à boue est peu utile puisqu’il piège les matières ferreuses et lourdes, mais pas les matières organiques très fines, très légères et évidemment insensibles aux aimants.

  • Les biocides sont très peu présents en traitement des circuits fermés car délicats à manipuler, couteux, corrosifs, très polluants. Enfin, ils doivent être renouvelés au moins une fois par an pour avoir un minimum d’efficacité.

    Ces nouveaux phénomènes sont encore peu connus, la prise de conscience commence tout juste depuis quelques années.
    Ainsi, le traitement de ces nouvelles boues organiques est encore très mal maîtrisé.


  • Comment protéger efficacement ces installations ?


    Auriez-vous l’idée d’utiliser une Twingo pour évacuer des déchets de chantier ?


    L’objet de cet exemple est de montrer qu’il existe une multitude de solutions pour traiter un circuit de chauffage, que chacune est adaptée à certaines situations mais pas nécessairement à tous les cas de figure.

    Ci-dessous, nous distinguerons les actions à mener en neuf et en rénovation.

    1/ sur un réseau neuf


    A la lecture des cahiers des charges, on se rend compte que l’habitude est prise de préconiser une protection sur un circuit de chauffage ou de climatisation, et c’est une excellente nouvelle !

    Mais il n'existe pas une préconisation unique et universelle : chaque typologie de circuit de chauffage ou de climatisation favorise des dysfonctionnements différents, il est donc nécessaire de préconiser des solutions différentes dans chaque cas de figure.

    Voici une illustration à travers 2 exemples :

  • Sur un circuit de plancher chauffant, il est totalement inutile de préconiser un inhibiteur de corrosion (95% des produits du marché) et un pot à boue magnétique : des boues organiques se formeront très rapidement, mais les produits et le pot à boue n’auront aucun effet sur ces dernières.

  • Sur un circuit avec radiateurs, la solution ci-dessus pourra être utile, mais elle restera insuffisante : les boues qui se formeront ici seront de deux natures différentes : toujours des boues organiques, mais aussi de la corrosion (acier des radiateurs).

    Afin de vous aider dans vos préconisations, découvrez notre guide de préconisation en circuit fermé.
  • Je demande le guide de préconisation en circuit fermé


    2/ sur un réseau existant, en rénovation


    En rénovation, l’étude de la situation initiale est importante, avant la prise en compte des choix de rénovation.

    Nous conseillons vivement de réaliser un diagnostic embouage préalable, car il permettra d’arbitrer les choix de rinçage, désembouage, etc…

    Pour vous aider au diagnostic, nous mettons à votre disposition un ensemble d’outils :

  • EDYA Test pour un auto-contrôle d’embouement,

  • EDYAnalyse' pour des analyses d’eau plus complètes réalisées dans notre laboratoire,

  • EDYAG' pour un diagnostic de la qualité de l’eau sur site, prenant en compte tous les éléments de l'installation ayant une incidence sur l'eau.

    Pour tous les services que nous proposons, nous vous garantissons des conseils totalement transparents : nous nous engageons à recommander une action et/ou un traitement uniquement quand cela est nécessaire.

  • Corine BERTOSSA
    Directrice
    13 ans d'expertise des circuits d'eau à votre service

    Partager cet article

    EDYA sur Linked In EDYA sur Facebook